[fusion_builder_container hundred_percent= »no » hundred_percent_height= »no » hundred_percent_height_scroll= »no » hundred_percent_height_center_content= »yes » equal_height_columns= »no » menu_anchor= » » hide_on_mobile= »small-visibility,medium-visibility,large-visibility » status= »published » publish_date= » » class= » » id= » » background_color= » » background_image= » » background_position= »center center » background_repeat= »no-repeat » fade= »no » background_parallax= »none » enable_mobile= »no » parallax_speed= »0.3″ video_mp4= » » video_webm= » » video_ogv= » » video_url= » » video_aspect_ratio= »16:9″ video_loop= »yes » video_mute= »yes » video_preview_image= » » border_size= » » border_color= » » border_style= »solid » margin_top= » » margin_bottom= » » padding_top= » » padding_right= » » padding_bottom= » » padding_left= » »][fusion_builder_row][fusion_builder_column type= »1_1″ spacing= » » center_content= »no » link= » » target= »_self » min_height= » » hide_on_mobile= »small-visibility,medium-visibility,large-visibility » class= » » id= » » background_color= » » background_image= » » background_image_id= » » background_position= »left top » background_repeat= »no-repeat » hover_type= »none » border_size= »0″ border_color= » » border_style= »solid » border_position= »all » padding_top= » » padding_right= » » padding_bottom= » » padding_left= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= »left » animation_speed= »0.3″ animation_offset= » » last= »no »][fusion_text columns= » » column_min_width= » » column_spacing= » » rule_style= »default » rule_size= » » rule_color= » » hide_on_mobile= »small-visibility,medium-visibility,large-visibility » class= » » id= » »]

Démonstration par l’exemple du Stade PPP.

Le greenwashing est une expression désignant un procédé de marketing ou de relations publiques utilisé par une organisation dans le but de se donner une image écologique responsable. La plupart du temps, l’argent est davantage investi en publicité que pour de réelles actions en faveur de l’environnement et du développement durable.

Nous vous livrons la recette du Vélodrome à la sauce Greenwashing à 250 millions par nos amis PPPistes !

Ils ont réussi à faire du stade vélodrome le premier stade de France à obtenir sa certification ISO 20121, une norme qui garantit une politique de développement durable, et une meilleure maîtrise des impacts sur la société et l’environnement.

Bon … cette démarche est réservée pour le papier glacé de Mirova, devenu actionnaire majoritaire du Stade Orange au 1 janvier 2017, et pour la place financière du Luxembourg afin d’attirer le chaland et satisfaire le funding du Mirova Core Infrastructure Fund.

Au passage sur le MCIF (Mirova Core Infrastructure Fund) : http://www.mirova.com/fr-FR/Les-Fonds-Infrastructure-Generaliste, nous les citons :
« La stratégie du fonds est d’acquérir des actifs brownfield en Europe continentale avec une approche « Buy&Hold » sur la durée de vie du fonds, de 25 ans. MCIF permet ainsi de canaliser de l’épargne de long-terme sur des actifs réels régulés présentant des profils de rendement long. »

Si on traduit : ce fond représente toute les participations majoritaires que nous avons prises dans les gros PPP Européeens, avec une durée de 25 ans, et est garanti doublement par le montage PPP archi rentable et surtout sans risque par le financement public qui paie les redevances de ces PPP.

Encore plus simpliste : un bon investissement garanti en bon pépère sur le long-terme, vous pouvez jeter aux orties vos SICAV.

Quand on est marseillais, et que l’on creuse, pas trop quand même au risque de trouver des vestiges, dans les faits, le stade c’est :
* Une pompe à chaleur (qui va récupérer la chaleur de la station d’épuration souterraine à proximité, rien de bien exceptionnel techniquement)…
* Un récupérateur d’eau de pluie (vu le toit c’est un minimum)…
* 3 malheureuses éoliennes verticales que vous pouvez admirer sur l’esplanade de l’entrée Jean Bouin (plissez bien les yeux, ce sont les trois petits mats au fond à droite !), ils sont prévus pour l’éclairage des sanitaires.

Mais ce sont, surtout et toujours :
* Un grand désordre (pour ne pas dire bordel) innommable sur plusieurs hectomètres (nous militons également pour le rétablissement de l’hectomètre) autour du stade avec les parking sauvages les jours de match ou de spectacle
* Deux bons gros générateurs au fioul qui tournent à plein régime les jours de match pour assurer l’éclairage (si si … nous vous l’assurons, ils ont bien osé mettre deux bons gros générateurs au fioul)
* Des rampes de lumière pour la luminothérapie (et calinothérapie) de notre pelouse (le concepteur de la couverture en forme de donut n’avait pas prévu que l’éclairage naturel viendrait alors à manquer pour notre pelouse)

Et puis pour le coté potache et les supporters de l’OM : les choix techniques d’éclairage du stade font que l’allumage de l’éclairage du stade peut prendre une demie heure. Ce qui explique que pour le dernier match de la saison, le feu d’artifice traditionnel du stade est tiré avec les lumières allumées, ne pouvant pas éteindre et rallumer l’éclairage sans ce temps de pause … De toutes façons, je ne suis pas certains que le club et les supporters fassent tirer un feu d’artifice cette année…

Voilà comment les PPPistes attirent les financiers et les investisseurs sous couvert de Green et autres Brownfield…

Les PPP sont les projets parfaits pour cette technique de greenwashing.

Jean-Claude Gaudin se félicitait en début 2018 :
« Cet objet (ndlr le stade) à la pointe de la modernité et de la technologie prouve qu’il a été pensé dans une démarche de développement durable profitable à la société et à l’environnement ».

A la lecture des dires de notre maire, vous comprenez pourquoi Marseille est devenu le terrain de chasse favori des PPPistes pour du CREM, des concessions, des DSP etr autres PPP … il y en a qui se frottent les mains et les poches …

A suivre donc ce qu’ils vont inventer pour nos écoles puisque le critère développement durable fait partie des principaux critères … c’est vrai que c’est compliqué de construire des écoles en BEPOS (https://fr.wikipedia.org/wiki/Bâtiment_à_énergie_positive) dans nos régions si peu ensoleillées et au climat si rude …

[/fusion_text][/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *